top of page

Sommeil bébé et changement d'heure : comment passer sereinement à l’heure d’été ?



Jeune enfant allongé sur un lit entouré de ses doudous et qui tient un réveil dans ses mains

Cette année, en France, dans la nuit du samedi 30 et dimanche 31 mars, nous avançons nos montres d’une heure pour passer à l’heure d’été. Ciao l’hiver et bienvenue aux longues soirées ensoleillées qui font du bien au moral ! Mais côté sommeil bébé, ce changement d’heure est souvent synonyme de chamboulement du rythme et d’appréhension de la part des parents (surtout quand le sommeil de leur enfant commençait enfin à devenir plus simple…).


Alors, comment accompagner le sommeil et le rythme de son enfant pour passer ce changement d’heure en toute sérénité ? Je vous donne mon avis de spécialiste du sommeil du bébé et du jeune enfant sur la question ainsi que quelques astuces.



Le passage à l’heure d’été, ça change quoi pour le rythme de mon enfant ?

Si votre enfant a l’habitude de se réveiller à 7h le matin, il y a de forte chance que le dimanche du changement d’heure, son réveille ait lieu à 8h (de la nouvelle heure).


Le soir, s’il a l’habitude de s’endormir à 20h, à la nouvelle heure il sera alors 21h.


Il y est également probable que tout le rythme de votre enfant se retrouve momentanément décalé, notamment au niveau des repas.



Décaler le rythme de mon enfant sur plusieurs jours avant le changement d’heure : bonne ou mauvaise idée ?

Internet et les réseaux sociaux foisonnent de « programmes » ou de plannings à suivre sur plusieurs jours qui visent à décaler progressivement l’heure de coucher de votre enfant afin que son rythme soit déjà « calé » sur les bons horaires au moment du changement d’heure.


Selon moi, c’est une charge mentale supplémentaire dont les parents déjà fatigués n’ont probablement pas besoin dans leur quotidien et une stratégie qui peut se révéler très décevante dans sa mise en place.


En effet, soyons réalistes, ce n’est pas parce que vous allez décaler de 15 minutes le coucher de votre enfant qu’il va s’endormir 15 minutes plus tôt (ça serait trop beau !).


De plus, il s’agit de conseils basés sur une mauvaise connaissance de la physiologie du sommeil de l’être humain puisque l’heure du coucher a en réalité peu d’impact sur l’horloge interne (ou noyau suprachiasmatique pour les plus pointilleux) qui régit nos rythmes biologiques dont le rythme veille/sommeil.


C’est l’heure du réveil le matin suivi du lever qui permet à notre horloge interne de se « mettre à jour » quotidiennement et de se « caler » pour stabiliser l’ensemble de notre rythme.


La réponse est donc : non. Inutile de suivre un planning de décalage de l’heure du coucher de votre enfant avant le changement d’heure.



Mais alors, comment aider mon enfant à ajuster son rythme de sommeil lors du passage à l’heure d’été?

  • Si votre enfant n’a pas encore de rythme bien établi


En général, il commence à se dessiner un rythme plus prévisible pour votre bébé autour de 6 mois avec des plages de sommeil longues la nuit (voire une seule longue plage de sommeil sur toute la nuit) et 3 ou 4 siestes en journée.


Avant cela, l’horloge interne de votre bébé a encore besoin de maturer pour se stabiliser et s’harmoniser.


Pour accompagner la maturation de son horloge biologique, l’idéal est alors de continuer à lui proposer les temps de sommeil et de repas à la demande, en favorisant un environnement de sommeil dans le noir complet et dans le silence la nuit, et un environnement de siestes à la lumière du jour tamisée et dans l’ambiance de la journée (bruits de la maison, des conversations, etc).


  • Si votre enfant a un rythme stable / prévisible


Souvenez-vous, c’est l’heure du réveil et du lever le matin qui a un impact sur l’ensemble du rythme.


Le dimanche matin du changement d’heure, vous pouvez induire le réveil de votre enfant à partir de l’heure de son lever habituel (s’il se lève habituellement à 7h du matin, à partir de 7h du matin de la nouvelle heure) afin de limiter le décalage le lundi matin.


Pour induire son réveil de manière douce, vous pouvez simplement faire entrer de la lumière dans la chambre (en ouvrant les volets, en allumant une veilleuse ou le couloir), ou encore, démarrer la journée de votre côté avec les bruits de la maison.


Le dimanche soir, 1h avant son heure de coucher, fermez les volets et faites en sorte qu’il y ait peu de lumière dans la maison afin de faire comprendre à son cerveau que c’est le soir et qu’il va être temps de sécréter de la mélatonine* qui le préparera au sommeil.



Que se passera-t-il si je ne fais rien ? 

Nous adultes, avons besoin de quelques jours (voire quelques semaines) pour que notre rythme se stabilise à nouveau après le changement d’heure. Il est tout à fait normal et logique que le rythme de votre enfant mette également plusieurs jours à se stabiliser.


Vous pouvez tout à fait... ne rien faire ! C’est-à-dire, ne pas « préparer » le changement d’heure en ce qui concerne le rythme de sommeil de votre enfant. Ayez confiance, votre tout petit va très bien s’adapter même si cela met un peu de temps.



Quelques clés pour aider le rythme de votre enfant à s’adapter après le changement d’heure :

  • Maintenir une heure de lever toujours dans la même tranche d’une heure (oui, même le week-end et pendant les vacances)

  • Passer du temps à l’extérieur tous les jours, surtout le matin

  • Maintenir des horaires stables de repas, de siestes, d’activités…

  • Proposer des temps d’éveil cohérents et de qualité

  • Proposer un environnement favorable à l’endormissement le soir (éviter les écrans, les lumières vives et blanches, les bruits forts, etc. Préférer les lumières tamisées et chaudes, parler à voix basse, favoriser les jeux calmes).

Astuce bonus : Ne pas vous mettre la rate au court-bouillon avec cette histoire de changement d’heure ! Des parents sereins avec le sommeil, c’est un bébé serein à son tour!



En conclusion :


Le passage à l’heure d’été est souvent vu comme un défi supplémentaire pour les parents déjà épuisés mais inutile de se rajouter une charge en suivant un « programme » de sommeil qui risquerait de s’avérer totalement inefficace. En priorisant simplement la régularité des routines, et en créant un environnement propice au sommeil, vous pourrez faciliter cette transition en douceur… et sans vous stresser ! Avec un peu de patience, gardez confiance dans le fait que même si cela peut mettre plusieurs jours, le rythme de votre enfant, tout comme le vôtre, va progressivement s’adapter ! Et si toutefois vous vous sentez un peu perdus, n’hésitez pas à prendre rendez-vous pour une consultation.



 


* La mélatonine est aussi appelée « hormone du sommeil » : elle permet de préparer le cerveau à dormir. Sa sécrétion et son inhibition sont très dépendantes de la lumière qui par conséquent est le plus gros perturbateur du sommeil.

Commentaires


bottom of page